PDF GRATUIT: La révolution d’un seul brin de paille

Aujourd’hui, je vous offre le livre de Masanobu Fukuoka, La révolution d’un seul brin de paille.

Un livre de 208 pages sur l’agriculture sauvage, soit le début de la permaculture! Une méthode révolutionnaire qui , à l’époque, remet en cause l’agriculture moderne. Avec ses techniques complètements nouvelles, Masanobu Fukuoka devient le fondateur de la permaculture en réinventant la culture de la terre sans travail.

Citation Masanobu Fukuoka

Voici les 4 principes permaculturels développés par M Fukuoka dans son livre La révolution d’un seul brin de paille:

1- NE PAS CULTIVER, c’est-à-dire ne pas labourer ou retourner la terre. Pendant des siècles les agriculteurs ont tenu pour établi que la charrue était essentielle pour faire venir des récoltes. Cependant, ne pas cultiver est le fondement de l’agriculture sauvage. La terre se cultive elle-même, naturellement, par la pénétration des racines des plantes et l’activité des microorganismes, des petits animaux et des vers de terre.

2- PAS DE FERTILISANT CHIMIQUE OU DE COMPOST PREPARE. [Pour fertiliser, M. Fukuoka fait pousser une légumineuse en couverture du sol, le trèfle blanc, remet la paille battue sur les champs et ajoute un peu de fumier de volaille (à la suite de la construction d’une route entre son poulailler et ses champs, ses volailles ne pouvaient plus se balader dans ses cultures. Il a été contraint à cet apport.] Les hommes brutalisent la nature et malgré leurs efforts ils ne peuvent pas guérir les blessures qu’ils causent. Leurs pratiques agricoles insouciantes vident le sol de ses aliments essentiels et l’épuisement annuel de la terre en est la conséquence. Laissé à lui-même, le sol entretient naturellement sa fertilité, en accord avec le cycle ordonné de la vie des plantes et des animaux.

3- NE PAS DESHERBER, NI MECANIQUEMENT, NI AUX HERBICIDES. Les mauvaises herbes jouent leur rôle dans la construction de la fertilité du sol et dans l’équilibre de la communauté biologique. C’est un principe fondamental que les mauvaises herbes doivent être contrôlées, non éliminées.

4- PAS DE DEPENDANCE ENVERS LES PRODUITS CHIMIQUES. [Mr Fukuoka fait pousser ses récoltes de céréales sans produit chimique d’aucune sorte. Sur quelques arbres du verger il a occasionnellement recours à une émulsion d’huile de machine pour contrôler la cochenille (insecte scales). Il n’utilise pas de poison persistant ou à large spectre, et n’a pas de « programme » pesticide] Depuis le temps que les plantes faibles se sont développées, conséquence de pratiques contre nature telles que le labour et la fertilisation, la maladie et le déséquilibre des insectes sont devenus un grand problème en agriculture. La nature, laissée seule, est en parfait équilibre. Les insectes nuisibles et les maladies des plantes sont toujours présents, mais n’atteignent pas, dans la nature, une importance qui nécessite l’utilisation de poisons chimiques. L’approche intelligente du contrôle des maladies et des insectes est de faire pousser des récoltes vigoureuses dans un environnement sain.

Cliquez ici pour avoir accès GRATUITEMENT au livre pdf « La révolution d’un seul brin de paille »

Les personnes qui sont déjà membre du blog Verslautonomie.be peuvent de suite se rendre dans leur ESPACE MEMBRES

Un livre indispensable à avoir dans sa bibliothèque de permaculteur!

Pour celles et ceux qui préfèrent la sensation d’un bon vieux bouquin, vous pouvez le commander en cliquant ci-dessous.

Construire légalement sur un terrain agricole en Belgique

Il existe différentes possibilités qui permettent de vivre légalement sur un terrain agricole en Belgique. J’en avais déjà parlé sur ce post « Comment vivre légalement sur un terrain agricole?« . Mais il s’agissait d’une solution plutôt marginale et précaire. Avec ce sujet, je vous donne une piste concrète qui vous permettra de construire de manière tout à fait légale votre habitation sur un terrain agricole!

Mais comment est-il possible de construire légalement une maison sur un terrain agricole?

En fait, ce n’est vraiment pas compliqué! Mais cela exige tout de même certaines contraintes et un réel investissement dans son projet. Je vous l’assure c’est tout à fait réalisable et les exemples ne manquent pas.

Construire légalement sur un terrain agricole

Dans ce cas il ne s’agit pas d’interpréter la loi à notre avantage ni d’évoluer sur la corde raide à la limite de la légalité. Cette solution est belle et bien légale pour ceux qui sont prêt à se retrousser les manches. De plus, ce moyen qui peut vous permettre de vivre légalement sur votre terrain agricole est tout à fait en rapport avec notre envie de vivre autrement ou de changer de vie. Combien il a t’il de ferme près de chez vous? Vous voyez où je veux en venir…

Ferme sur terrain agricole en Belgique

Avez-vous déjà entendu parlé du CWATUPE?

C’est le Code Wallon de l’aménagement du territoire et de l’urbanisme. Depuis le 1er juin 2017, le CWATUPE est devenu le CoDT (Code de Développement Territorial). Un article nous intéresse fortement, il s’agit de l’Art.36 qui traite de la zone agricole. Qui dit zone agricole, dit activité agricole. On entend par là: la production, l’élevage ou la culture de produits agricoles ou horticoles y compris la détention d’animaux.

Le plus intéressant est le paragraphe qui fait référence au fait que les exploitants peuvent y construire les installations nécessaires à leurs activités et leurs logements. Cerise sur le gâteau, le CoDT autorise également la production d’électricité. Je vois déjà vos belles éoliennes et vos panneaux solaires en pleine production, pas vous?

La production d’énergie en zone agricole est permise par l’Art.36 du CoDT

Vous allez me dire: »C’est bien beau tout ça mais je ne me vois pas élever des vaches et des moutons! ». Ne vous en faites pas, je pense la même chose… Par contre l’apiculture m’attire bien plus 🙂 Le maraichage, l’élevage de lapins, de poules, de chiens (l’élevage canin est géré par le Ministère de l’agriculture mais sur ce point je dois encore investiguer.). Vous voyez, les solutions ne manquent pas. Ahhh j’allais oublier, et pour ajouter du sucre en poudre sur la cerise (vous vous souvenez, celle du gâteau), le métier d’agriculteur n’est pas une profession protégée donc pas besoin d’accès à la profession!

L’apiculture est une solution pour construire légalement son habitation en zone agricole

Une chose à surveiller si vous possédez un terrain agricole où si vous envisagez un achat est de veiller à avoir un accès via une voirie publique. En effet, l’administration Communale exigera un accès sur votre terrain. Si celui-ci n’est pas communale, ce sera à vous de mettre la main à la poche pour en aménager un. Dans ce cas, ça peut vitre chiffrer!

Une jolie construction en zone agricole

En résumé si vous désirez construire sur un terrain agricole, installez-vous en tant qu’agriculteur. Développez une activité qui nécessite votre présence sur le terrain et introduisez votre demande de construction. Vous pourrez ainsi vivre de manière tout à fait légale sur votre terrain agricole!

La Permaculture en pratique, le livre

Prenez soin de la terre, elle prendra soin de vous. C’est une phrase qui résume très bien le concept de la permaculture. C’est également l’idée de base de ce livre.

Le livre « La Permaculture en pratique »

La permaculture en pratique est un des meilleurs livres en Français sur la permaculture. C’est un livre de 300 pages qui brasse plutôt le sujet de manière générale, celui-ci s’adresse donc principalement aux personnes qui débutent en permaculture. Il sera par contre un peu « light » pour le permaculteur chevronné bien que revoir ses bases est bien souvent utile et intéressant.

La permaculture en pratique est donc une excellente introduction sur la permaculture. Il est assez complet, plus de 300 pages, une référence en français !

Dans ce livre vous apprendrez les bases de la permaculture, l’éthique et les principes de la permaculture ainsi que le concept d’apprendre de la nature. Vous y découvrirez également le processus de conception de design en permaculture, rassembler les informations, assembler les éléments du projet, etc…

Vous apprendrez également les systèmes en permaculture telle que la fertilité du sol, l’eau, les déchets, l’énergie, l’habitat, et système alimentaire et végétaux ainsi que les animaux et la vie sauvage. Vous découvrirez 50 plantes stars dans la permaculture.

En conclusion il s’agit d’un livre hyper complet sur la permaculture. Une référence à posséder dans sa bibliothèque pour tous les permaculteurs débutants.

Si vous achetez ce livre, le blog percevra une légère rétribution. Ce qui bien sûre ne change en rien au prix du bouquin mais nous aide à l’amortissement des frais de fonctionnement du site.
Nous essayons tant que possible de trouver d’autres alternatives à Amazon. Toutefois, les liens Amazon sont conservés car c’est une demande de certains lecteurs.
Merci pour votre compréhension.

Vivre en autosuffisance

Vivre en autosuffisance est très difficile mais vous pouvez facilement mettre en place diverses action pour y tendre.

Je pense à une citation: « Start where you are, use what you have, do what you can ». Celle-ci reflète vraiment le meilleur moyen d’y arriver. On se pose énormément de questions, on cherche un tas d’informations, on s’inspire des autres mais en réalité en n’avance pas beaucoup. Du moins pas assez…

Alors, concrètement, que devez vous entreprendre pour commencer à vivre en autosuffisance?

La toute première chose vous devriez entreprendre est de limiter vos besoins. Nos styles de vies nous ont conduits à avoir toutes sortes de besoins superflus. N’hésitez pas à faire le tris. D’autant plus que les premières actions sont très faciles. Au fil des années, nous avons développé tout un tas de besoins aussi futiles que ridicules. Un exemple simple est d’aller faire de la course à pied plutôt que de courir sur un tapis à la salle de sport. Et hop exit l’abonnement en salle!

Dans le même ordre d’idée, débarrassez vous des objets que vous n’utilisez plus. OK ça ne mange pas de pain, bien que… Nous sommes plus souvent possédés par nos possessions que l’inverse. Nul besoin de d’être radicale, juste un petit tris qui vous fera un peu d’air. Par la suite essayez d’aller de plus en plus en profondeur. Vendez, donnez et en dernier recours jetez (ce qui n’est plus valorisable). Soit vous percevrez un peu de sous ou vous ferez des heureux. Vous gagnerez de la place et vous ferez du rangement. Dans tous les cas vous serez gagnant.

Troisièmement, diminuer sa consommation. Et oui, pas besoin d’utiliser ce que l’on ne consomme pas. C’est bête mais on doit souvent le répéter, éteignez les lumières, fermez le robinet, déplacez vous à vélo, … C’est vraiment un des post où s’engouffre un maximum de budget. Alors si vous ne pouvez pas produire votre énergie ou collecter votre eau de pluie, diminuer votre consommation sera un bon début. On ne devient pas autosuffisant sans un minimum d’effort.

Comment croyez-vous que l’on à pu vivre 5 ans sur un salaire tout en construisant notre maison?

Un autre conseil est d’acheté en deuxième main. Très rare sont les objets dont vous avez besoin que vous ne trouverez pas en occasion. Pour les personnes qui sont adeptes des choses en parfaites état, il est également possible de trouver votre bonheur. OK il faut parfois être patient mais c’est aussi bénéfique pour les acheteurs compulsifs par exemple 🙂 Nous avons même réussi à convertir nos filles qui étaient plutôt récalcitrantes au départ.

Vous lisez un article qui traite de l’autosuffisance et en réalité nous n’en avons pas encore réellement parlé!

L’autosuffisance implique de subvenir à l’ensemble de ses besoins à partir de ressources disponibles sur place. Il ne faut pas voir la fin mais plutôt les moyens. Toutes ces petites choses faciles à mettre en place pour arriver à quelque chose de plus grand qu’est l’autosuffisance.

En conclusion, voici nos conseils:

Vivre de ressources naturelles en autosuffisance nécessite un engagement important. Adoptez premièrement un mode de vie durable et plus simple. Cela nécessite juste un peu d’organisation. Ne vous empêchez pas de vivre vos rêves à cause de certaines contraintes. Commencez petit à petit. Ne vous lamentez plus. Les petits ruisseaux forment les grandes rivières. Commencez maintenant peu importe votre situation, faites selon vos moyens, faites de votre mieux! Réduisez, Réutilisez, Recyclez.

Définition de la permaculture.

Vous avez déjà entendu parler de la permaculture? Or, peu de monde sait de quoi il en est : une branche de l’agroécologie ou une nouvelle tendance New Age ?

Avez-vous déjà entendu parler de la permaculture ? Dans cet article, nous allons vous dévoiler les grandes lignes de cet art de vivre.  La permaculture est un domaine ayant un objet large. En effet, ce milieu intègre l’agro-écologie, la conception écologique ainsi que les énergies renouvelables, tout cela dans une vision pragmatique et souple, adaptable à chaque territoire, aux besoins et aspirations de chaque individu ou communauté. La permaculture propose un cadre évolutif muni d’une capacité incroyable d’intégration de « pratiques pertinentes » venant autant de traditions que de récentes progressions des sciences contemporaines.

Ses différents concepts peuvent s’appliquer, en théorie, à la totalité des installations humaines : villes, sociétés, communautés, fermes ainsi que jardins. La permaculture est parfaitement adaptée à de petites surfaces, propose des alternatives low tech, mais se basant sur une observation attentive du milieu et une connaissance approfondie du fonctionnement du vivant. En outre, elle optimise l’expansion d’une entreprise solidaire et décentralisée. Désormais, découvrons tout ce qu’il y a à savoir sur la permaculture. Et si on faisait le choix de cultiver en s’inspirant de la nature ?

Une serre en permaculture

Nous allons vous donner une définition de la permaculture n’étant pas exhaustive mais donnant les principales clés de compréhension. Permaculture a tendance à se traduire comme « agriculture permanente » en français. Le mot permaculture est ce qu’on appelle un mot-valise entre « permanente » ainsi que « agriculture » en anglais. En français, c’est l’inverse : agriculture permanente. Ainsi, on peut définir la permaculture par le fait de mettre en place un système qui soit le plus durable possible en prenant en considération divers éléments que sont les ressources matérielles, le lieu (géographie ainsi que biodiversité), sans oublier les ressources humaines.

L’origine du terme est la plupart attribuée à Bill Mollison et David Holmgren. Or, c’est bel et bien Cyril G Hopkins qui en 1910 se servit de cette expression pour la toute première fois. Cependant, c’est en effet Bill Mollison et David Holmgren qui arrivèrent à développer le concept de permaculture grâce à plusieurs livres. Ces différents auteurs sous-entendaient, via cette expression, des méthodes culturales offrant la possibilité de « conserver »  la fertilité du sol. Il est également possible de chercher à optimiser cette fertilité dans le système permacole.

Je vous offre le livre permaculture 1 de Bill Mollison et David Holmgren.

Désormais, vous connaissez la définition de la permaculture. Ainsi, nous allons passer à son histoire et ses finalités afin que vous en sachiez plus et pour vous montrer à quel point cette philosophie a de l’avenir. Apparue dans les années 70 en Australie avec Bill Molisson ainsi que David Holmgren, la permaculture est un domaine conceptuel s’inspirant du fonctionnement de la nature. Depuis des centaines et des centaines de millions d’années, la nature conçoit elle-même des écosystèmes adaptés et durables, générant les conditions nécessaires à l’accroissement de formes de vie plus évoluées. La définition de permaculture à l’origine était « agriculture permanente », puis le concept s’est agrandi pour aujourd’hui être « culture permanente », dans un sens de durabilité.

L’Homme, surtout en occident pendant les derniers siècles, artificialise les écosystèmes. Ainsi, ce dernier s’impose la compensation de son travail des fonctions que le vivant rempli par lui-même en temps normal. Cela est notamment le cas pour un jardin avec la capacité des plantes ainsi que des micro-organismes présents dans un sol vivant à concevoir de l’humus, via la roche-mère ou encore à se servir de l’énergie du soleil.

Notre potager en construction

La permaculture vise à bâtir des installations humaines durables, résilientes et autant économes en travail qu’en énergie, tout comme les écosystèmes naturels. Ses concepts de design reposent sur un point primordial : disposer le mieux possible chaque élément de façon à ce qu’il puisse interagir de manière positive avec tous les autres. En effet, tout est relié dans la nature et on cherche ici à concevoir des relations bénéfiques. De cette façon, chaque fonction est remplie par différents éléments et chaque élément peut remplir plusieurs fonctions. Il s’agit d’une vision holistique, organique du monde. En outre, sachez que la permaculture se base sur trous principes éthiques que sont prendre soin de la Terre, de même des Hommes et partager de façon équitable les ressources.

Rosace Permaculture

Concevoir un jardin en permaculture donne la possibilité de répondre à tous nos besoins humains tout veillant à bien optimiser notre environnement (accroissement de la biodiversité, conception d’habitats pour la faune et les insectes utiles ou encore enrichissement de la terre).

Un jardin en permaculture a diverses finalités. Effectivement, outre la production alimentaire de fruits et légumes au potager, il peut être afin de produire des plantes médicinales, des herbes aromatiques, des fleurs mellifères, des matières végétales pour l’artisanat ou encore pour concevoir des lieux de vie relaxants. Bref, que du positif à portée de chez vous !

Si vous désirez vous essayer à la permaculture dès maintenant sur une petite parcelle de votre terrain, je vous donne accès à notre bibliothèque. Ainsi, vous pourrez créer aisément et rapidement, en fonction des concepts de permaculture, votre premier potager permanent qui, outre le fait d’être esthétique et nourricier, sera un très bon support pédagogique d’observation.

Le compost est très important en permaculture

Voici un fichier pdf pour la fabrication et l’utilisation du compost.

Quelle est l’importance du design en permaculture ?

Le design en permaculture est un aspect primordial. Un très bon design est essentiel à qui souhaite concevoir un jardin ou une ferme en permaculture. Chaque élément doit être à la bonne position afin qu’il n’y ait aucun gaspillage. Il faut prendre en compte l’espace ainsi que le climat du lieu. Mais également les cultures que l’on désire mettre en place et les arbres que l’on souhaite planter sans pour autant oublier les arbres déjà présents sur place. Ainsi, il faut rechercher une efficacité optimale pour le moins possible de travail. S’il faut aller dénicher les herbes aromatiques pour la cuisine au fond du jardin, on comprend la pertinence d’un design réfléchi. En outre, sachez que le design en permaculture utilise des zones. Ce zonage se caractérise par la délimitation du terrain en zones.

Conclusion : pourquoi faut-il se mettre à la permaculture ?

La permaculture est l’avancée contemporaine la plus pertinente afin de réconcilier l’Homme et la Terre. Il s’agit d’une véritable science, une philosophie, un art de vivre encore assez jeune (même si ses principes sont pratiqués depuis la nuit des temps à travers le globe), possédant un réel potentiel. N’hésitez plus une seule seconde et lancez-vous dans l’aventure de la permaculture car les avantages sont nombreux : préservation de l’environnement, optimisation de la biodiversité, économie d’énergie, l’obtention d’une santé préservée mais aussi un partage équitable des ressources. Désormais, il ne vous rester plus qu’une seule chose à faire : rentrer dans l’univers merveilleux de la permaculture !

Pour aller plus loin, découvrez quelques livres incontournables autours de la permaculture.