Verslautonomie

Pour vivre heureux, vivons (tout) simplement!

Pauline, Romain et leur Tiny House!

12804296_968956613158466_1113201302_n
J’aime vous inspirer en partageant la vie, l’histoire, de personnes qui décident de vivre et penser autrement.
Découvrez dans cet article l’histoire de Pauline et Romain:
« Bonjour à tous, je suis Pauline. J’ai vécu en Seine et Marne en ayant ma famille en Dordogne: j’ai toujours voulu revitaliser les campagnes en rêvant de refaire toutes les maisons et châteaux que je voyais. Ah oui, et aussi, très important, je voulais inventer le télé porteur, pour pouvoir profiter de l’espace au plus vite, sans passer par le temps interminable que nous prenaient les autoroutes.

Pauline
Pauline

Finalement, l’été dernier j’ai validé mon diplôme de designer d’espace, autrement dit architecte d’intérieur/extérieur, en rédigeant mon mémoire « Sur la Route », un mémoire dédié à la compréhension de l’espace du mouvement. Il existe aujourd’hui une telle effervescence dans nos actions, nos communications et nos déplacements, que je suis passionnée par ces espaces inscrits dans les deux dimensions qui nous régentent aujourd’hui : le virtuel et le temps.
12769451_968956616491799_1737204541_n
La Tiny House fut une révélation, espace à habiter aussi éthique que familier à chacun. Respectant les normes du déplacement sur autoroutes, la Tiny repousse ainsi les limites de l’espace habitable, permettant de substituer au temps du déplacement quotidien celui de l’instant présent. Mais j’ai peur de perdre beaucoup de monde en parlant de ça… Il y a un récapitulatif un peu moins poussé de ma démarche, mais sûrement plus clair sur notre site, à la page qui sommes-nous. »
image22
« Pour ma part (Romain), j’ai grandi en Normandie, au milieu des pommes, du cidre, du calva, du beurre, de la crème, et des nombreux fromages. La maison familiale était une ancienne longère normande à colombages. Elle était dans un triste état quand mes parents l’ont achetée, du coup à chaque vacance scolaire, on faisait de la rénovation (celle-ci n’est d’ailleurs toujours pas terminée).
Je ne me suis pas dirigé tout de suite vers la charpente. J’ai commencé par un job d’été de technicien du spectacle, je montais des scènes mobiles et j’installais les éclairages. Ça a été une bonne école, une bonne première expérience professionnelle, où l’on ne comptait pas les heures, et où le travail devait être fait coûte que coûte, sinon il n’y avait pas de concert. Ça mettait une petite pression, mais l’ambiance était géniale.
Suite à cet été, je suis entré en prépa vétérinaire… J’y suis resté très exactement 3 semaines. L’ambiance de compétition que les profs ont tout de suite instaurée ne me plaisait pas, et je ne me voyais pas faire des maths et de la physique 20h par semaine. J’ai donc été en fac de bio, puis en fac de psycho. Je n’ai pas dépassé la première année de licence. J’avais le sentiment d’être inutile en restant assis toute la journée dans les amphis.
Romain
Romain

J’ai ensuite commencé à travailler dans le social, j’y suis resté environ 3 ans. Je trouvais qu’il y avait une certaine hypocrisie dans ce milieu, et le principe d’efficience était de plus en plus présent. L’évaluation et les statistiques prenant le pas sur le côté humain du travail. Et puis, malgré tout la bonne volonté qu’on pouvait avoir, cela ne suffisait pas pour que les personnes accompagnées puissent accéder à un logement et un travail.
Je me suis alors dirigé vers un métier manuel. J’ai galéré à trouver un patron pour réaliser mon apprentissage. J’étais trop vieux et trop diplômé. On ne voyait pas ma motivation, mais mon emplacement sur leur grille salariale… Ce n’était pas vraiment ma priorité. J’ai élargi mes recherches, et je suis tombé sur Pierre-Olivier, fabricant de yourtes dans les Vosges, pour qui primait avant tout l’aspect humain dans l’apprentissage. Après 15 jours de WWOOFING, pour être sûr que le courant passait bien, on s’est dit à l’année prochaine. J’ai donc travaillé dans une entreprise de charpente et couverture durant 6 mois, puis je suis retourné dans les Vosges, et j’y suis toujours.
conception de tiny house
Le projet de Tiny Houses est venu tout naturellement. On avait la volonté avec Pauline de faire quelque chose ensemble, et surtout de le faire selon nos critères. Et en tant que charpentier ayant fait son apprentissage dans les yourtes, un habitat nomade, la logique m’a amené aux Tiny Houses.
Nous construisons actuellement notre Tiny House. Si cela vous intéresse, voici notre journal de bord :
http://www.lamaisonquichemine.fr/la-construction/

Mur en construction.
Mur en construction.


On vous souhaite à tous de beaux projets autonomes et durables ! »

12736223_968956619825132_1308603402_n12803996_968956623158465_945734253_n
12782221_968956599825134_2039463375_n12784257_968956596491801_2075763888_n12787999_968956606491800_1843129792_n12788052_968956603158467_1890504280_n12822057_968956609825133_1156163238_n
Pauline et Romain
http://www.lamaisonquichemine.fr/
 

Verslautonomie

0 thoughts on “Pauline, Romain et leur Tiny House!

  1. bonjour de Guadeloupe
    trop top votre realisation
    les petits bleu vont etre vert avec un vehicule de la sorte sur l autoroute ….
    pas vehicule (remorque d habitation )
    bon courage et a tres bientot pour d autres nouvelles
    A+ JP

  2. je découvre ce site et cette page aujourd’hui et je suis admiratif de votre projet. J’ai exactement le même projet en vue et vous êtes une grande inspiration pour moi. Merci beaucoup.
    PS: je ne vous cache pas que je déborde de questions.
    Au plaisir
    Alexandre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *