Verslautonomie

Pour vivre heureux, vivons (tout) simplement!

PDF Guide du permaculteur débutant

0 thoughts on “PDF Guide du permaculteur débutant

  1. Bonjour,
    est-ce possible de ré-utiliser cette photo très parlante pour illustrer la permaculture ? Si oui, quelles conditions et quel crédit photo indiquer ? Merci !!
    Caroline

  2. Dans ce guide, il est dit « il faut savoir accepter les critiques ». Tant mieux, j’en aurais quelques-unes à formuler. Le discours, très fouillis, aurait besoin d’être élagué, plus construit pour qu’on s’y retrouve mieux. Les mauvais accords orthographiques « polluent » aussi la compréhension. Quant au « design », je ne vois pas ce que ce terme vient faire ici. Certes, il n’est pas interdit d’aménager un espace en mêlant un certain esthétisme mais on comprend surtout qu’un jardin notamment dédié à la permaculture nécessite d’être bien construit, « dessiné » mais le « Design » ??? Une nouvelle définition, peut-être ?

    1. tout-à-fait d’accord, le mot design est inadapté au propos et l’auteur aurait eu grand intérêt à se (faire) relire pour ne pas autant distraire les lecteurs de son propos!

    2. C’est sans doute un mot qui n’a pas été traduit de l’anglais et que l’on peut traduire par « conception » et non design au sens francisé du terme.

    3. le design est un concept lié à la permaculture. Cela signifie que l’espace des végétaux est conçu de façon à ce qu’ils se complètent entre eux et s’associent de façon optimales pour croître de concert en s’apportant l’un l’autre ce dont ils ont besoin. Il ne s’agit pas du « design » au sens esthétique du terme.

      1. Entièrement d’accord avec bikadomi! J’ai relevé par curiosité, des dizaines de fautes d’orthographe ou de grammaire, lesquelles m’ont distraite du sujet, malheureusement ! J’accepterais volontiers un court stage de permaculture en échange de la correction de ce texte. 🙂

    4. Mais une critique n’est pas forcément négative ! Si les fautes d’ortho vous gênent tellement… vous pouvez envoyer les corrections à l’auteur ! Quant à au mot design, il ne se limite pas du tout à l’aspect esthétique. Très bonne journée à vous.

  3. Le mot « design » a toute ma vie professionnelle été lié à ma profession: c’est la combinaison entre un concept et le dessin qui permet de le réaliser (mobilier, objet industriel, aménagement de lieux…) Pourquoi pas ici…où on rejoint le travail du paysagiste, avec une optique différente.

  4. ..très bon article, la lecture m’a vraiment intéressée…un peu surprise de constater que beaucoup de commentaires se font sur la forme et non sur le fond…:)

    1. Bonjour,
      Dans votre article il y a malheureusement quelques clichés faux par exemple pour produire 1 kg de viande il faut 15 500 litres soit 15,5 m3 d’eau. c’est totalement faux !!!
      Mon raisonnement par l’absurde : une vache de 500 kg consommerait 15.50 * 500 = 7750 m3 d’eau (elle serait noyée bien avant !!!) donc cette eau vaudrait (si c’est de l’eau traitée) 7750 * 3€ = 23 258 € !!! les agriculteurs seraient bien contents de générer cette valeur.
      Donc cette consommation d’eau largement surévaluée provient essentiellement de l’eau de pluie et il pleut plusieurs dizaines de fois dans une année (sauf au Sahel où le problème est différent), elle est de ce fait gratuite et utilisable sans limites sur la moitié du globe terrestre.
      Il faut arrêter de nous culpabiliser nous les français. En Alsace mon lieu de vie, il n’y a pas de problème d’eau, les pluies sont abondantes, il n’y a donc pas lieu d’économiser particulièrement de l’eau et de priver nos vaches de cette eau gratuite. C’est différent dans certains pays mais ce n’est pas en utilisant moins d’eau de pluie chez nous qu’on résoudra les problèmes localisés à des milliers de kilomètres d’ici.
      Il ne faut donc pas dire qu’un kilo de viande comme c’est sous-entendu gaspille 15 500 litres d’eau!!!
      La permaculture c’est bien, je m’y essaye mais cela ne remplacera jamais les modèles de culture adoptes par les agriculteurs, cela restera longtemps une agriculture marginale sauf si demain nous rentrons dans une économie collectiviste à la russe ou à la chinoise (pays qui veulent en sortir depuis longtemps).
      Point de vue d’un économiste.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *